Les lieux infidèles de Tana French


« Au cours d’une vie, seuls quelques instants sont décisifs.
La plupart d’entre nous les oublient aussitôt, jusqu’à ce qu’ils ressurgissent sans crier gare bien des années plus tard et, avec le recul, prennent tout leurs sens… »

Dublin. Faithful Place. Quartier des Liberties. Années 80.
La misère, l’alcoolisme, le chômage.
Derrière les ombres de l’usine Guinness la violence déborde, saborde la vie du peuple des bas-fonds.

Frank Mackey est flic à la Garda irlandaise, brigade des opérations secrètes.
« Si l’on aime chasser comme un chien haletant qui bondit sur la piste à peine libéré de sa laisse, on entre dans la Criminelle.
Si l’on opte pour les infiltrés, ce qui avait toujours été mon choix, on apprend à chasser comme les chats : se mettre en embuscade, s’aplatir et se rapprocher très lentement, sans se faire repérer. »
Divorcé d’Olivia et attendrissant papa poule d’Holly, neuf ans (les dialogues entre père et fille sont remarquables et très émouvants).
Elevé « à la main » (comme dirait Dickens) comme ses soeurs Carmel et Jackie, ses frères Shay et Kevin : père alcoolique et mère braillarde.
Ici ça crie et ça tape fort !
« Toilettes au fond du jardin. On se lavait au milieu de la cuisine, dans une bassine. »
Voilà le décor est bien planté, enfoncé, délabré.
Dublin, la grise héroïne de cette histoire sordide.

« Nous, les Mackey, nous avons le cheveu épais ; nous sommes taciturnes, durs à cuire, faits pour trimer sous le ciel changeant de Dublin. »

Un coup de téléphone de sa soeur Jackie va réveiller le passé de Frank et le faire revenir dans ses quartiers qu’il a fuis

Après quoi ?
C’était il y a dix-neuf ans. Il avait donné rendez-vous à Rosie Daly.
« En ce temps-là, Dublin était grise. Rosie, elle, nous offrait toutes les couleurs de l’été… »
L’amour, un ticket pour Londres, fuir cette minable vie mais…
Rosie n’est jamais venue.
A t-elle trahi ? Eu peur ? Ou bien…
Un secret bien gardé dans les entrailles du quartier maudit des Liberties.
Et bien, cher lecteur, je vais m’arrêter là, vous laisser en rade de Dublin, je ne vais pas vous en dire plus.
Qu’est-ce que vous croyez ?
Que j’allais vous dévoiler le happy, unhappy end ?
Désolé !
Je vous envie déjà de vous voir ouvrir ce polar à la première page, la première phrase : « Au cours d’une vie, seuls quelques instants sont décisifs… »

Ce polar est remarquable !
Mais ce n’est pas qu’un polar.
C’est (surtout ?) un livre bien trempé dans le Dublin miséreux.
Vous allez plonger, tête première, plein pieds, plein coeur dans la vie de Frank Mackey et, suffocant, bouche ouverte, supplier le dénouement.

Un conseil d’ami : lisez ce livre et vous m’en donnerez des nouvelles !

« Tout le monde se déchire. Parents, amants, frères et soeurs…Plus on est proche de quelqu’un, plus on lui fait du mal… »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s