Dans le jardin de la bête de Erik Larson

 » On compare parfois la cruauté de l’homme à celle des fauves, c’est faire injure à ces derniers.  » Fiodor Dostoïevski.

Erik Larson, auteur américain né en 1954 à Brooklyn, est un abonné aux best-sellers dans le genre romans historiques et policiers.
« Le Diable dans la ville blanche » se situe dans le Chicago du XIXe pendant l’exposition universelle.
« Dans le jardin de la bête » nous plonge dans le Berlin de 1933 aux côtés de William E. Dodd, premier ambassadeur américain en Allemagne nazie.
Ce livre n’est pas une oeuvre de fiction.
C’est une sorte de « documentaire-fiction » construit à partir de documents historiques, journaux intimes, lettres, mémoires, archives…Travail monumental de recherche et de synthèse.
Erik Larson n’aura pas fait des études d’Histoire pour rien.
Avant tout, et j’insiste, ce livre est très agréable à lire. Il se lit (presque) comme un roman (mais tout de même pas comme un thriller comme annoncé sur la jaquette du livre, qu’est-ce qu’on ferait pas pour vendre, bon passons).

En parallèle je conseille de lire le poignant témoignage de Inge Scholl « La rose blanche ». Quelques allemands ont eu le courage de résister au nazisme. Il ne faut pas l’oublier. Il ne faut pas les oublier.

1933 : Hitler vient d’être nommé chancelier et commence à installer son impitoyable pouvoir.
Dodd a soixante-quatre ans quand il est nommé ambassadeur à Berlin.
Il s’installe dans sa nouvelle fonction avec sa femme Mattie, sa fille Martha (vingt-quatre ans) et son fils William Jr (surnommé Bill, vingt-huit ans).
En Amérique Dodd était directeur du département d’Histoire de l’université de Chicago. Jeune étudiant il avait séjourné en Allemagne.
Nous allons vivre dans l’ambassade américaine, au jour le jour, heure par heure : conversations téléphoniques, échanges de courrier, discussions…
Nous allons côtoyer de très près Hitler, Göring, Goebbels, Rudolf Diels (le premier chef de la Gestapo), Roosevelt, G. S. Messersmith consul à l’ambassade (un des premiers à avoir sonné l’alarme…en vain…).
Suivre pas à pas, tel un témoin désarmé, les faits et gestes de cette époque inquiétante. La montée en puissance du nazisme.
Les premiers autodafés, les premiers défilés et saluts hitlériens obligatoires, les premiers sévices de la Gestapo, les premiers camps.
Jusqu’à la « Nuit des longs couteaux » en juin 1934.
Erik Larson nous fait « relire » deux ans d’Histoire.
Deux années décisives d’hésitation, de naïveté, d’incompréhension, de sourdes oreilles, voire d’ambiguïté des grandes démocraties comme les Etats-Unis, la Grande Bretagne…la France.
Un nouvel éclairage qui pourra satisfaire les allergiques aux lourds essais, les susceptibles de la magistrale leçon d’Histoire ou les perméables aux thèses politiques.

En 1933, le consul Messersmith écrit, déjà : « J’aimerais, écrit-il, faire comprendre aux Américains que cette tendance belliqueuse se développe en Allemagne. Si leur gouvernement se maintient au pouvoir encore une année, et s’il continue à agir dans le même sens, il avancera à grand pas dans une direction : faire de l’Allemagne un danger pour la paix mondiale dans les années à venir. À part quelques exceptions, les hommes qui dirigent ce gouvernement ont un état d’esprit que ni vous ni moi ne pouvons comprendre. Quelques-uns sont des psychopathes qui ailleurs seraient sous traitement. »

Alors pourquoi personne n’a-t-il réagi ? Pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour prendre la mesure du danger que représentaient Hitler et son régime ?

Je n’ai pas la réponse…sinon à chercher dans la nature humaine…

Publicités

Une réflexion sur “Dans le jardin de la bête de Erik Larson

  1. je l’ai repéré ainsi que son premier roman sur Chicago qui est excellent d’après les critiques et les blogs
    sur un sujet similaire mais dans le genre essai j’ai lu et chroniqué il y a quelques semaines un livre qui compile les réactions d’écrivains qui font le voyage en Allemagne au moment de la montée du nazisme , très intéressant aussi
    Celui là du coup je l’ai bien noté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s