Les demoiselles de Concarneau de Georges Simenon

Simenon c’est 500 millions de livres vendus, 200 romans et 255 nouvelles.
Belge d’expression française (1903-1989), Simenon c’est le fameux commissaire Maigret. Mais pas seulement.
« Un grand romancier, le plus grand sans doute. » écrivait Gide.
Simenon sait décrire l’être humain, l’aliénation moderne, son XXe siècle.
Romans de moeurs comme chez Balzac ou Maupassant.
« Tous mes romans, toute ma vie, n’ont été qu’une recherche de l’homme nu. »

« Les demoiselles de Concarneau » est un court roman d’une centaine de pages.
Jules Guérec a quarante ans. Il vit (tente de vivre), coincé, étouffé entre ses trois soeurs : Marthe, Céline et Françoise.
Jules est un riche patron-pêcheur à Concarneau.
« Sans doute qu’il devait en être ainsi », sa vie va basculer.
Drame irréparable.
Je ne peux pas vous en dire plus…
Je vous laisse le grand plaisir de découvrir ce Simenon.
Terriblement efficace !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s