Le dernier Lapon de Olivier Truc


«C’était la journée la plus extraordinaire de l’année, celle qui portait tous les espoirs de l’humanité. Demain, le soleil allait renaître.»

Après un séjour (très, très mouvementé) en Patagonie chez les nomades Mapuches de Caryl Férey, nous voici dans le Grand Nord chez les Samis.

Le peuple Sami est un peuple nomade, éleveur de rennes en Laponie.
La religion samie pratique le culte des ours et le chamanisme.
Le chant Joik traditionnel se chante a cappella, sorte de plainte, de cri de douleur ou de colère. Chant improvisé.
Les premiers missionnaires le qualifie de chant du Diable.
Ce chant est accompagné par un tambour magique fabriqué à partir d’une peau de renne.
Les Samis peuvent alors entrer en transe pour rejoindre leurs dieux ou leurs ancêtres.
Les Samis vivent dans une sorte de tipi nommé «gumpi».
Voilà, ça c’est fait, c’était la minute nécessaire du Professeur d’ethnologie.

Passons au vif du sujet comme dirait Roger Frison-Roche, notre célèbre explorateur français.
(Tiens du coup, je me revois enfant dévorant «Premier de cordée» avant d’aller me jeter dans les pattes de «Michel Strogoff» de Jules Verne…quand tu aimes, il faut partir écrivait Blaise Cendrars…)

Klemet Nango est policier à la Brigade des rennes, patrouille P9.
Klemet est sami. Il est le seul sami policier. Pas très loin de la retraite.
Il travaille en doublette avec Nina, jeune diplômée de l’école de police d’Oslo. Boursière, elle n’a pas eu le choix de son affectation. Elle ignore tout de ces contrées dépeuplées et semi-désertiques du Nord mais…elle a de grands yeux bleus.
La police des rennes gère les conflits entre éleveurs : vols de rennes, partage de territoires de transhumance, constats de rennes accidentés.
La routine quoi.

C’est encore la longue, longue nuit polaire…
Quand, quand…

Quand un précieux tambour magique sumi vient d’être volé dans le musée du centre culturel de Juhl.
Quand Mattis un éleveur de rennes vient d’être sauvagement tué : poignardé, les deux oreilles découpées.
«Tous les rennes sont marqués aux oreilles. Aux deux oreilles. Et tu as besoin des marques des deux oreilles pour identifier le propriétaire. Les voleurs coupent les oreilles des rennes.
Pour qu’on ne puisse pas identifier à qui appartient le renne. Pas de propriétaire, pas de plainte.»

Par moins trente degrés, à cheval sur leurs scooters des neiges, Klemet et Nina vont enquêter…et nous faire visiter la Laponie.
Extraordinaire Laponie !
Et au fil de la lecture le temps d’ensoleillement va augmenter pour finir par éclairer le dénouement.
4H15 mn d’ensoleillement…4H38 mn d’ensoleillement…

Les suspects ne manquent pas.
Une histoire sordide de vendetta entre éleveurs ?
Qui est vraiment ce Mattis, fils de chamane, fabricant de tambours samis ?
Et que dire de cet Aslak qui vit retiré du monde dans la toundra, dans une tente de branchages, de terre et de mousse avec ses rennes et sa femme. Cet Aslak qui se déplace encore en skis, combat les loups à mains nues et castre ses rennes avec les dents.

«Tu vois, ces montagnes, elles se respectent les unes les autres. Aucune n’essaye de monter plus haut que l’autre pour lui faire de l’ombre ou pour la cacher ou pour lui dire qu’elle est plus belle…Les hommes devraient faire comme les montagnes.»

Et que vient fouiller ce géologue français ?
Vient-il réveiller une vieille légende sami qui prétend l’existence d’une mine d’or secrète ?
Secrète mais…maudite !

Et que manigance ce nouveau parti d’extrême droite qui monte en puissance dans le pays ? Le soi-disant Parti du progrès.
Et que penser de ce Rolf Brattsen, policier raciste qui déteste les Samis.
Une histoire politique ?
De gros sous ? De pétrole ?

Et que dire de cet Olaf Renson, jeune enragé autonomiste sami qui lutte pour la survie de son peuple ?

Et que protège ces laestadiens, cette secte luthérienne, et leur pasteur fanatique ?

Et pourquoi Karl Olsen, ce riche paysan, cache t-il cette précieuse carte relatant une expédition dans le Grand Nord de Roger Frison-Roche en 1939 ?

Et que…

Oui, cher lecteur, vous le saurez en lisant ce superbe «thriller-boréal».

Klemet et Nina sont deux personnages très attachants.
Vraiment. On se sent bien près d’eux.
Les paysages lapons sont magnifiques. Les moeurs de ces Samis, éleveurs de rennes sont remarquablement décrits.
La construction de l’histoire est parfaitement maîtrisée.

Un excellent moment de lecture.
Dépaysant !
Superbe !

Olivier TRUC est journaliste : Libération, Le Point, le Monde.
Spécialiste des pays nordiques et baltes, il vit à Stockholm.
C’est son premier roman.

«Il savait ce qu’il devait faire. Et ce que, après lui, son fils devrait faire. Et le fils de son fils.»

Publicités

Une réflexion sur “Le dernier Lapon de Olivier Truc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s