Wilderness de Lance Weller

1864.Virginie. Etats-Unis (pas encore unis !). La terrible bataille de Wilderness. Guerre de Sécession. Entre les armées du général nordiste U. S. Grant et du général sudiste R. E. Lee.
Entre les Yankees et les Confédérés.
Plus de deux mille morts en deux jours.

Le vieil Abel Truman est un survivant (bien amoché, comme un vétéran du Vietnam ?) du cauchemar de la forêt de Wilderness.
«Au bout du champ, des silhouettes sombres équipées pour la bataille s’avançaient en rangs parfaitement rectilignes. Les soldats quittèrent l’obscurité des bois pour la clarté du champ, et la lumière qui se réfléchissait sur les canons des fusils et les baïonnettes les éclaboussa de tous ses miroitements.»
Ils arrivent…que le massacre commence !

Abel était un soldat sudiste. Engagé pour oublier, fuir un atroce drame familial.

Trente ans après, Abel (sur)vit dans une cabane délabrée.
Un vieux fauteuil à bascule, son chien et l’océan gris pour seul horizon.
Il décide de partir pour un ultime voyage…vers le passé.
Il rassemble ses affaires et ses tourments.
Son chien, sa vieille Winchester, sa canne, une couverture, un sac de provisions.

Sur le chemin du vieil homme, un Indien Haïda et Willis au visage déchiré, une oreille arrachée et un morceau de joue pendante et sanguilonente.
Mauvaise rencontre !
«Une douleur mordante et glacée, suivie d’une sensation de chaleur qui coulait lentement dans son cou. En ouvrant les yeux, Abel sut qu’une lame venait de lui taillader le visage.»
Son chien a disparu.

Laissé pour mort, Abel sera sauvé par Charley Poole.
Abel, le vieil Abel, va alors poursuivre ses agresseurs à travers les majestueuses Olympics Mountains enneigées, jusqu’à…jusqu’à ce que, cher lecteur impatient, vous lisiez la suite de l’épopée d’Abel…
Lance Weller nous offre là un superbe premier roman, impeccablement traduit.
Lance Weller sait nous peindre l’océan, les plages, les forêts, un feu de camp…la guerre.
Lance Weller fait battre le coeur usé d’Abel.
Lance Weller fait battre le coeur douloureux de l’Amérique.

Une autre histoire de l’Amérique.
Très émouvant, très poignant.

«- Et Abel ? demanda-t-elle.
– Il est mort.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s