African Tabloid de Janis Otsiemi

Mise en page 1

«Les policiers gabonais étaient connus comme des canneurs.»

2008. Libreville au Gabon.
Le Gabon, découvert en 1472, par les explorateurs portugais, est indépendant depuis 1960.
Fondée en 1849, Libreville, la capitale, doit son nom aux esclaves libérés du navire négrier l’Eliza.

Les élections présidentielles se préparent. A plus de 72 ans le président gabonais arrivé à la tête du pays en 1967 «par le biais d’une succession constitutionnelle réglée comme du papier à musique» s’est déclaré candidat à sa propre succession.
Son fils aîné, «Baby Zeus», ministre de la Défense nationale,
s’entraîne déjà à la présidence en baillonnant la presse gabonaise où clientélisme et chantage sont monnaies courantes dans les rédactions des journaux.

Roger Missang, journaliste «fouille-merde» aux Echos du Sud est retrouvé assassiné, deux doigts de la main coupés, près du palais présidentiel.
Le capitaine Pierre Koumba de la PJ, les officiers Boukinda et Envame de la Direction générale des recherches sont sur une piste.
Sur fond de guerre des polices et de tribalisme entre les Punu, les Téké et autres Fang, l’enquête s’avère difficile, obscure et délicate. Les rouages du pouvoir grincent des dents.

L’écriture de Janis Otsiemi, parfumée d’expressions gabonaises succulentes («avoir un long Bic», «manger du pain sec», «tourner le cerveau»…) nous guide, avec générosité et chaleur, dans un Gabon post-colonial encore traumatisé.
Un Gabon qui se cherche une identité d’union nationale et démocratique.

Un polar rondement mené très plaisant à lire !

«La ville de Libreville n’était plus ce qu’elle était autrefois. Bon nombre de ses quartiers étaient devenus de véritables banditoustans où aucun policier ne s’aventurait à la nuit tombée.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s